Je pense ce que je dis et je dis ce que je pense !...

11 septembre 2013

Twitter, réseau social virtu(ré)el...

Logo Twitter

Ca fait un moment que je me dis qu'il faudrait que j'écrive un petit billet concernant le réseau social Twitter... Et puis je traine, sans jamais franchir le pas...

Dernièrement, en discutant avec quelques copines dudit réseau, qui ont blogué sur le sujet, il est apparu que l'avis de chacun(e) est toujours sympa à lire, alors je me lance (en essayant de ne pas faire trop long) !

Ca doit faire à peu près un an et demi que je suis devenue Twitta, comme on dit. Je ne saurais donner la raison principale de la création de mon compte. Bien sûr, comme tout le monde ou presque, j'ai trouvé cet outil utile et facile pour suivre l'actualité en temps quasi réel, l'actualité des  élus de ma ville, celle des célébrités, et aussi utile pour partager mes passions, mes centres d'intérêt et exprimer mes pensées (à chaud, le plus souvent). Et puis, il faut bien l'avouer, je suis un peu beaucoup portée sur tout ce qui touche à l'informatique, le web, etc...

J'ai créé mon compte sous forme de pseudo. Puis, avant même de rédiger mon 1er tweet, j'ai trouvé que ça ne me ressemblait pas de ne pas mettre ma véritable identité. J'ai donc opté pour la transparence, car je n'ai pas de raison particulière d'être anonyme sur Twitter. Je n'ai pas (encore ?) de tueur aux trousses, pas de conflits assez forts pour me cacher, pas honte de mon identité et, surtout, je n'ai peur de personne. Les critiques que je formule, tout comme les coups de coeur ou de gueule, peuvent donc être écrits "au grand jour".

Bref, de fil en aiguille tweets en abonnements (et désabonnements - il faut peaufiner sa TL et privilégier la qualité à la quantité), j'ai pris goût à lire les avis des autres. Je lis beaucoup plus que je ne tweete, du reste. Une chose est sûre, je n'efface AUCUN tweet que je rédige ! Si je les ai écrit, c'est que je les pensais au moment où et que je ne regrette rien de ce que j'ai pu tweeté !

Le décor étant à peu près planté, voici la manière dont je vois les choses.

Twitter, c'est :

  • Pouvoir suivre (et échanger avec) des personnes de tous horizons professionnels, géographiques, politiques, culturels, etc,
  • Pouvoir rendre service en répondant à une interrogation, lorsqu'on connaît la réponse,
  • Pouvoir "écouter" une personne qui a besoin de réconfort, lui montrer qu'elle n'est pas seule,
  • Pouvoir partager ses passions, ses centres d'intérêt,
  • Pouvoir piquer un délire sans savoir pourquoi, sans se soucier du reste,
  • Pouvoir piquer également un coup de gueule, non pour avoir des réponses, mais pour évacuer,
  • Pouvoir "noter quelque part" un coup de coeur, aussi,
  • Pouvoir montrer quelques photos de lieux où on se trouve...

En résumé, pour moi, Twitter c'est tout ça à la fois... Et ce que j'ai dû oublier, sans doute.

J'aime assez ce réseau social et je m'y connecte quotidiennement. Il peut arriver que ça ne me soit pas possible, mais ça n'est pas gênant, je ne suis pas addict et je saurai me raisonner si je le devenais !

Ne perdons pas l'essentiel, toutefois : un(e) twitto(a), c'est un être humain derrière un écran, avec ses qualités, ses défauts, ses faiblesses, ses forces, son caractère (pour info, le mien est difficile, hé hé...), son parcours, son vécu, ses projets... Il faut de tout pour faire un monde, hein ! C'est la richesse des êtres humains !

Twitter m'a donné l'occasion de rencontrer des personnes IRL (In Real Life, dans la vraie vie, si tu préfères - Je ne parle pas de celles que je connais depuis avant Twitter et qui y sont aussi). On a même eu la "soirée twittos", à Beauvais, organisée par Madame le Maire ! Toutes les rencontres faites sont des moments enrichissants et plaisants. Aucun regret de ce côté-là non plus, même si on peut avoir d'énormes déceptions ensuite... Mais ça, ça tient sans doute au fait qu'on juge l'autre sans vraiment le connaître, finalement.

Cela dit, je suis tout aussi heureuse d'avoir finalement évité des rencontres avec des faux-culs que d'avoir partagé des moments super sympas avec des gens vrais et sincères !

Bref, ce billet pour dire que je m'y plais bien, sur ce réseau et que si je te suis, lectrice/lecteur, c'est que j'aime te lire, et que je t'aime bien ! Sinon, je me serais abstenue de m'abonner à toi ou je t'aurais déjà "unfollowé(e)", comme on dit. Et si toi, tu n'aimes pas mes tweets, alors passe ton chemin !


Un grand merci à @_la_plage pour son idée communicative de rédaction de billet ! Et comme tu dirais : je te coeur, tu sais, hein !

 

Posté par Cath-M à 23:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 avril 2013

Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule...

Décidément, il semblerait que ce mercredi 24 avril 2013 soit "béni des dieux", comme on dit.

Après l'appel de ma conseillère Pôle-Emploi qui m'annonçait que mon dossier de demande de formation était accepté, c'est un autre appel qui m'a mis le coeur en joie cette semaine ! Et pas n'importe lequel : celui de la SPA de Beauvais.

En effet, ayant perdu ma Lyna au mois de janvier, alors qu'elle avait 16 ans 3/4, je m'étais mise à la recherche d'une petite chienne à adopter au début mars. Un élan de solidarité, de soutien, de mise en contact avec des associations s'est formé autour de moi. J'en remercie beaucoup les personnes qui m'ont aidée et soutenue dans ce projet d'adoption !

J'ai bien eu des contacts, des appels de SPA, mais aucune petite chienne qui ne correspondait à ce que je recherche précisément... Je dis précisément car la vie fait que je dois avoir quelques critères précis dans la sélection d'un chien.

Je n'ai jamais été pressée de découvrir cette perle rare, car je sais que le temps aurait agi en ma faveur, un jour ou l'autre.

Et voilà donc cet appel pour me dire que la SPA a 3 chiennes qui pourraient éventuellement me convenir. J'ai donc quelque peu écourté ma visite familiale pour pouvoir aller voir ces louloutes le jour même. Oui, je sais, c'est pas bien... Mais les personnes concernées me comprennent, donc pas de souci !

Je me rends donc au refuge et là ! Une superbe petite boule de poils me tape déjà dans l'oeil, à peine suis-je arrivée ! Je craque, je fonds littéralement ! Décision est donc prise, avec la bénévole, de la sortir de sa cage et de lui faire faire une petite promenade pour voir ses réactions et son comportement... Et j'ai l'impression que ça colle !

Après quelques minutes de réflexion tout de même (fais-je le bon choix, est-ce que ça ira...), je décide de la prendre !

Donc, depuis hier matin, la petite Thilda a un nouveau foyer, qui ne demande qu'à lui apporter l'amour, la nourriture et les caresses qu'elle n'a jamais eus !

Voilà ce que je tenais à partager avec toi, lectrice/lecteur.

Un petit bonheur, qui fait sortir de la grisaille qui s'est installée depuis 2 longues années, maintenant...

Et voici la louloute :

thilda

Posté par Cath-M à 19:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pôle-Emploi VS Cath, 3è et dernier round...

Ringdeboxeprofessionnel

Le résultat n'aura pas tardé à tomber ! J'ai mis une grosse partie de mon énergie dans les round 1 et round 2 pour obtenir le droit de faire la formation qui me plait et, ça y est, la décision de l'organisme financeur de formation est arrivée avant-hier, mercredi.

VICTOIRE !!! La formation que j'ai choisi de faire est acceptée ! Je vais enfin faire ce que j'aime par-dessus tout !

Maintenant, le plus difficile (mais ultra passionnant !) reste à faire : bosser, bosser et encore bosser à fond pour obtenir le diplôme ! J'en ai pour un an, mais après la colère, les doutes, etc... Je pense que c'est le bon choix. Je n'en pouvais plus du métier d'Assistante de Direction et, surtout, du milieu de la formation et l'insertion professionnelle !

En un mot comme en cent : je suis heureuse !

Je remercie vivement toutes les personnes qui m'ont aidée et soutenue pendant cette "lutte" : les amis, quelques membres de la famille, les twittos !

Posté par Cath-M à 10:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2013

A toi, le manifestant intégriste... (valable aussi au féminin !)

mariagepourtous

Ca fait un moment que je rumine intérieurement sans trop rien dire. Mais aujourd'hui, j'en ai plus que marre, je n'en peux plus, j'explose !

Avant tout, je tiens à te dire que je suis pour la démocratie ! Ce qui signifie que je ne suis pas intolérante face à ceux qui ne souhaite pas que le mariage pour tous voit le jour. Etre contre, oui, tu es libre de l'être, dans le respect de chacun, dans la politesse, dans la fraternité... Dans la manière de le dire, tout simplement...

Mais là, tu dérapes ! Tu dérapes sévère et ça, je ne l'accepte pas du tout !!!

Je n'ai pas envie d'en écrire des tonnes, parce que prendre le temps de rédiger ce billet est déjà une trop grande importance à te donner... Tu ne le mérites pas !

Sauf que voilà : moi, j'ai besoin d'ouvrir les vannes. Et oui...

Je déteste l'intégrisme !

La goutte d'eau est représentée par cette phrase d'une manifestante : "quand les couples homosexuels auront un enfant handicapé, je doute qu'ils l'acceptent"... C'est quoi cet amalgame, cette comparaison entre homosexualité et handicap ???

Pauvre manifestant intégriste, tu es à plaindre... Pour ce qui me concerne personnellement, je pense que tu es plus à baffer !

Mais surtout, pour reprendre le terme "handicap" formulé par une de tes partenaires, je dirais que tu es davantage un handicapé de la réflexion, un handicapé de l'égalité, UN HANDICAPE DE L'AMOUR ! Pauvre con !

Si je ne savais à l'avance ta réaction, je serais tentée de rire lorsque ton enfant, qui a actuellement 3 ou 4 ans et que tu exposes courageusement en 1ère ligne lors des manifestations (et qui, soit dit en passant, n'en a strictement rien à faire, à son âge, de là où tu l'emmènes !), te dira qu'il est homosexuel. Qu'il est PD. Qu'elle est gouine. Pour employer tes mots vulgaires et outranciers.

Tu vas oser me rétorquer que tu l'éléves dans la "normalité" - ta normalité - et qu'il est impossible qu'il/elle devienne "comme ça"... Si je n'étais pas aussi en colère contre la haine qui coule dans tes veines, je sourirais volontiers.

Je ne préfère pas penser que tu puisses aller éventuellement à la messe le dimanche, à 11 heures, chanter "aimons-nous les uns, les autres", puis aller, à 14 heures, vociférer ta haine dans un cortège des plus malsains...

Alors toi, le manifestant intégriste, tu es ce que j'exécre au plus haut point ! Tu me donnes envie de vomir ! Je concluerai donc en paraphrasant Patrick Sébastien (et oui, je ne vole sans doute pas bien haut, mais c'est ce qui me vient à l'esprit, là, de suite, que veux-tu ?) : AH SI TU POUVAIS FERMER TA GUEULE !!!

N'oublie pas d'essuyer les traces de fiel que tu as aux commissures des lèvres...

Posté par Cath-M à 18:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 avril 2013

Pôle-Emploi VS Cath, round 2...

Ringdeboxeprofessionnel

J'en étais restée à lundi... Si tu veux te rafraîchir la mémoire, lectrice/lecteur, clique ici.

Donc, suite à sa tentative de noyer le poisson son information de soit-disant impossibilité de prolonger le financement de la formation après le 20 décembre 2013, ni une ni deux (ni trois d'ailleurs), je prends mon plus beau téléphone (qui n'a rien d'extraordinaire, mais c'est pour la formule :p) et j'appelle directement l'organisme financeur de formation pour les licenciés économiques de mon secteur. Ben oui, je connais même la responsable puisque j'ai réglé X dossiers (et non des dossiers X) avec elle !

Je lui explique en long, en large et en travers la situation et, très aimable (ce que je savais déjà), elle me demande de lui faire parvenir le devis de l'organisme que j'ai choisi, me précisant que c'est possible si le dossier est instruit avant mi-mai. Donc, c'est "jouable" et éventuellement réalisable !

Je lui dis que je lui envoie ça par mail de suite avec copie à ma conseillère.

Avant de te montrer la réponse du financeur, lectrice/lecteur (si toutefois tu as tenu jusqu'ici), je ne peux m'empêcher de recopier la réponse de Pôle-Emploi (mardi matin), qui n'a pas remarqué que le mail ne lui était adressé qu'en copie, pour information :

r_ponse_LA_LG_Devis

Je n'ai pas eu le temps de lui souligner que c'est normal, puisque j'ai contacté moi-même l'organisme financeur, que la réponse tombe :

r_ponse_financeur___devis

Autrement dit, la porte n'est pas totalement fermée et l'organisme financeur de formation pour les licenciés économiques serait peut-être prêt à accepter ma demande.

Reste donc à ma conseillère Pôle-Emploi à transmettre le dossier au plus vite (ce qu'elle m'a affirmé faire dans les plus brefs délais, et elle peut compter sur moi pour la harceler à ce sujet le lui rappeler !) et à l'organisme financeur de valider ou refuser le tout après examen approfondi. Charge à moi, si c'est accepté, de bosser, bosser et encore bosser pour obtenir le diplôme tant convoité ! Mais de ça, il est inutile de parler, puisque c'est pour ça que je me démène comme une belle diablesse !

Fin du second round (1 partout), ressortez les pom-pom girls en attendant le 3è et dernier round. (Autant vous dire de suite que si mon dossier est rejeté, je ne répondrai plus de rien...)

Posté par Cath-M à 11:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2013

Pôle-Emploi VS Cath, 1er round...

Ringdeboxeprofessionnel

Après mon précédent billet, les choses bougent. Faut-il y voir un lien de cause à effet ? Que nenni ! Simple hasard, mais heureux hasard ! Enfin pour le moment...

Ne pas mettre la charrue, etc...

Je pourrais, en toute modestie, dire que je donne du fil à retordre à ma conseillère Pôle-Emploi, depuis 15 jours seulement que nous avons fait connaisance... C'est que bon :

  1. Comme je l'ai déjà dit, j'ai travaillé assez longtemps comme prestataire de Pôle-Emploi pour la formation...
  2. Faut pas trop me chercher...
  3. Je suis une chieuse qui assume, oui...
  4. Je n'ai aucune envie de rester fidèle à cet organisme...

Après donc avoir envoyé mes devis de formation (il en faut minimum 2, m'avait dit la conseillère), j'attendais des nouvelles. Et puis !

Lundi, aux alentours de midi, un appel : c'est elle ! "Oui, bonjour, je ne vous dérange pas ?

Moi : "Si tu viens m'annoncer des bonnes nouvelles, non, dans le cas contraire, je ne serais pas aussi affirmative !" "Non, pas du tout, je vous écoute" J'ai failli lui demander ce que je pouvais faire pour son service, mais je me suis ravisée... Faut pas pousser ! :-D

Elle m'annonce qu'elle a reçu mes 3 devis d'offre de formation et qu'elle ne sait pas lequel présenter au financeur, et que, par conséquent, je dois CHOISIR et lui dire celui que je préfère.

Punaise ! Heureusement que j'étais bien assise, sinon c'est sûr que je faisais une syncope !... Pôle-Emploi qui ne t'impose pas quelque chose. Pfiouuuu...

Bref, gentille petite fille docile, je lui livre donc le nom de l'organisme de formation que je préfère et, n'écoutant que mon courage et ma détermination, lui expose même les raisons de mon choix, à savoir : que cet organisme est prêt à lui justifier mon investissement et mon travail tout au long de ladite formation. Si c'est pas de l'honnêteté, ça ! Nous "concluons" donc l'affaire et elle me dit qu'elle va s'occuper de faire la demande de financement et me tient au courant.

MAIS ! C'était sans compter sur la prédisposition de certains conseillers à faire leur travail à l'envers...

Voilà qu'à peine 1 heure après cette conversation, rebelote : ma conseillère me rappelle pour me dire que "euh... Je n'avais pas regardé les devis et je m'aperçois que la formation dure 1 an. Votre CSP se termine le 20 décembre 2013 et le financeur ne prolongera pas au-delà. Euh... Il faut que vous redemandiez un devis mais pour une durée de 6 mois." (ce qui signifie que je devrais être capable de faire en 6 mois ce qui est programmé pour une durée d'un an... Oui, je sais, je cache bien mon côté surhumain !)

Moi : "Ah bon ? Ah mais je pense que vous faites erreur. Le financeur, et cela m'a été confirmé par la toute première conseillère Pôle-emploi que j'ai rencontrée début mars, peut prendre en charge la formation, même si celle-ci dépasse le délai de fin de CSP." Je vous rappelle également que j'ai été licenciée économique en décembre 2012 et que ce n'est nullement ma faute si mon ex-patron a fait tout son possible pour retarder au maximum l'envoi de nos dossiers, ni si vos services ne m'ont inscrite qu'à mi-février et que vous m'avez fixé un premier rendez-vous qu'en mars. Donc, ces mois perdus ne sont absolument pas de mon fait !"

Elle : "Oui, mais c'est tout nouveau que le financeur n'accepte plus la prise en charge au-delà de la période de CSP. Il faut que vous redemandiez un devis. J'attends votre envoi, donc. Au revoir".

Attends, l'autre ! Comme par enchantement, c'est "tout nouveau"... Elle ne connaît pas Cath, on dirait bien ! Elle va voir ce qu'elle va voir, non mais oh ! Pourtant elle SAIT où j'ai travaillé, qui je suis ! Elle SAIT quelles sortes de dossiers je traitais dans l'insertion et la formation. Elle DEVRAIT en déduire que, sans me vanter, c'est ma partie et donc que je m'y connais !

Fin du round 1 ; sortez les pom-pom girls ! (le second round viendra sous peu, mais il faut ménager le suspens...)

 

Posté par Cath-M à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2013

Cher Pôle-Emploi... [lettre ouverte]

 

LOGO_PE_2

Tu ne me connais pas, je ne suis qu'un numéro parmi tant d'autres... Mais moi, je te connais... Je te connais si bien pour avoir travaillé chez un de tes prestataires pendant des années !

Oui, je te connais bien. Je connais tes rouages, je connais tes ficelles, et bien d'autres choses encore !...

Aujourd'hui, je suis passée de l'autre côté, comme on dit : je suis devenue demandeur d'emploi. Je n'aime pas trop ce mot, mais il est mieux que "chômeur".

Pôle-Emploi, ça fait déjà 2 mois que je suis membre de ta secte ton groupe et j'en ai déjà marre ! Oh, pas de toi en particulier, mais de ta manière de traiter les demandeurs d'emploi. Plus précisément de tes cahiers des charges pondus par des bureaucrates de tes hautes sphères, qui ne sont JAMAIS allés sur le terrain - ni de tes prestataires, ni des demandeurs...

Prends quelques minutes pour lire ce qui suit : je suis licenciée économique... Et oui, un comble pour une personne qui travaillait dans le domaine de la formation et de l'insertion. Je ne te raconterai pas toute l'histoire de pourquoi la liquidation judiciaire de mon ex-entreprise ; tu te fiches bien de savoir - et tu as raison - que mon ex-patron était un escroc... Mais ! Tu as participé, Pôle-Emploi, à faire tomber ce centre de formation. Oui, oui, ne nie pas. Pour avoir travaillé pour toi, je connais ta préférence à accorder les marchés aux organismes qui cassent les prix et font, comme on dit vulgairement, de la merde, à mettre des mois à payer des prestations aux tarifs minables que tu pratiques ! Je connais également ta démagogie...

Sais-tu (non, tu ignores sans aucun doute... A moins que tu n'aies donné des consignes en ce sens ?...) que certains de tes conseillers exercent une espèce de chantage auprès des organismes de formation ? Des demandes de baisse de tarifs (qui, entre nous, tu le sais bien, ne sont absolument pas prohibitifs) faute de quoi, "on" ne nous adressera plus de stagiaires ?

Tu as des budgets, Pôle-Emploi, pour les formations de demandeurs d'emploi ! Si, si, ne fais pas l'ignorant ! Et c'est là que je veux en venir.

J'ai renoncé à deux mois de préavis (auxquels tu ajoutes mes heures DIF non utilisées et donc "reversées" chez toi) pour pouvoir me former dans le but de changer totalement de voie professionnelle (oui, parce que le microcosme de la formation et insertion me sort par les trous de nez !).

Toi et moi avons signé un ACCORD, une convention, pour tout faire pour que je retrouve du travail rapidement dans un délai moindre... Te souviens-tu ?

Je respecte mes engagements au-delà de tes espérances exigences, parce que je n'ai pas envie de moisir dans tes listes ! Excuse-moi, mais je n'ai aucune envie de t'être fidèle !... Mais de ton côté, pourquoi t'évertues-tu à mettre des bâtons dans les roues des chômeurs qui savent ce qu'ils veulent, qui savent où ils vont et qui ne demandent qu'à se sortir de l'ornière du chômage ? Pourquoi ??? Le sais-tu, au moins ? J'en doute...

Tu dois savoir, dans tes bases de données, que j'ai trouvé LA formation de mes rêves, LA formation qu'il me faut, qui me convient... (sans ton aide, parce que tes conseillers ne te donnent AUCUNE piste) Ah oui, c'est une formation à distance et tu tiques sur ce point, parce que tu ne peux pas vérifier la présence et le travail fourni (manque de bol, et bien si : l'organisme qui dispense cette formation déclare pouvoir TOUT te justifier sur simple demande !)... Mais Pôle-Emploi, ce n'est pas parce que les formations se font en présentiel que les stagiaires se donnent à fond et sont même présents ! Et oui, il est des centres de formation qui font signer les feuilles d'émargement aux stagiaires absents pour gagner de l'argent en se fichant royalement de si ils travaillent, de si ils sont présents et même de si ils obtiennent leur diplôme à la fin ! Il existe même des directeurs qui imitent eux-mêmes la signature d'un stagiaire... Incroyable, hein... Mais VRAI !

Moi, je suis hyper-motivée parce que c'est LA formation de ma vie ! Oui, ok, j'ai déjà 2 baccalauréats et des années de fac... Mais ma nouvelle voie est celle que j'ai choisie et aucune autre ! Es-tu capable de comprendre ça ?

Tu m'énerve, Pôle-Emploi ; j'en ai marre de toi !

Je t'ai laissé de l'argent et le tarif de cette formation ne comble même pas mes deux mois de préavis... Alors je suis prête à te faire cadeau de ce qui ne sera pas dépensé pour moi, mais sache que...

J'ai la tête aussi dure, sinon plus encore, que tes conseillers et crois-moi, je ne suis pas à la veille d'abandonner mon projet de reconversion professionnelle ! J'irai jusqu'au bout ! Et ça, la conseillère que tu m'as assignée le sait déjà et se trouve bien ennuyée d'avoir affaire à quelqu'un comme moi...

Arrête de me prendre pour une conne demeurée et laisse-moi faire ce dont j'ai envie, ce dont je rêve ! Et ce dont on t'a donné de l'argent pour l'effectuer !!!

Je ne te salue pas plus que ça, hein, tu comprendras, j'en suis sûre...

PS : tu as de la chance que la très grande majorité des demandeurs d'emploi ne connaissent pas les deux côtés de ton fonctionnement comme moi, sinon tu aurais du souci à te faire, crois-moi.

Posté par Cath-M à 11:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2013

Je me souviens...

Je me souviens...

C'était le jour de mon anniversaire... Il y a bientôt 3 ans... Un appel, tard, très tard... On m'apprend, sans ménagement, que tu as une tumeur inopérable et que tu n'en as plus que pour quelques semaines... Le choc... La tristesse... Et puis, non, pas question ! Tu vas te battre et on va tous t'aider ! Promis !

Je me souviens...

Ton courage... Ton moral à toutes épreuves... Ton combat contre cette "maladie qui ne gagnera pas"... Mes appels, tes visites... Ton humour toujours intact malgré ton lourd, trop lourd traitement... Notre humour commun à "deux balles" parfois...

Je me souviens...

Tes confidences... Ton entière confiance en moi... Ta sympathie, ton amitié sans doute...

Je me souviens...

L'amélioration, les analyses qui sont excellentes... La régression de la tumeur... La joie, l'optimisme, l'entr'ouverture du bout du tunnel... Les soit-disant "quelques semaines qui te restait à vivre" et tu es là, et bien là ! :-)

Je me souviens...

Ta reprise de travail à mi-temps... Parce que le travail, même si ces ordures t'ont méprisé, exploité, dénigré, mal traité moralement, c'était toute ta vie... Ca faisait partie intégrante de ta thérapie, disent les médecins... Pour aider à la guérison, il ne faut pas te couper du travail que tu aimes tant... Et puis ils ont coulé l'entreprise et tu as subi un nouvel énorme choc...

Je me souviens...

Jamais tu ne te plains... Toujours tu dis que ça va... Que c'est toi le grand vainqueur...

Je me souviens...

Tes pertes de mémoires... Tes petites pertes d'équilibre, que moi seule voyais...

Je me souviens...

La récidive... Le second combat avec le traitement encore et toujours plus lourd... Les kilomètres quotidiens pour supporter ces séances dans une clinique si lointaire de nous...

Je me souviens...

Les projets dont tu parlais encore il y a 15 jours... La joie de nous revoir tous, tes collègues (je ne dis pas ex-collègues, car je sais que pour toi, nous resterons toujours tes seuls et uniques collègues, que tu aimes tant)...

Je me souviens de tout aujourd'hui, alors que je viens d'apprendre que c'est fini ; "on" ne peut plus rien pour toi, hormis tenter de limiter tes souffrances et hormis le fait que ta femme va faire tout son possible pour que tu restes chez toi, avec les tiens... Tu ne peux plus te déplacer, tu as perdu définitivement tout équilibre physique... Tu as le moral qui flanche pour la première fois... Je te comprends, oh que je te comprends fort bien ! Mais tu n'as pas à avoir honte, tu sais ! Oh que non !!!

Tu y crois encore au fond de toi, j'en suis certaine. Je te connais trop bien pour savoir que jusqu'au bout, tu refuseras de lâcher prise. TU ES UN GRAND CHAMPION !!!

Je vais venir te voir très, très bientôt ! On va se marrer, faire comme si de rien n'était, ni toi, ni moi, parce qu'on est comme ça, tous les deux : pudiques...

Je n'oublie pas...

Que je t'aime beaucoup et que je serai là jusqu'au bout, quoi qu'il puisse arriver !

poign_e_de_mains

Posté par Cath-M à 18:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2013

La carte d'identité...

 

mairie bvs

"Il y a des jours comme ça", qu'on se dit toujours un jour ou l'autre...

Et aujourd'hui en fait partie.


Tu avais besoin de renouveler ta carte d'identité... Alors tu étais allée chercher le formulaire de renouvellement à la Mairie de ton domicile, en te disant que tu le renseignerais, regrouperais toutes les pièces demandées et que, le plus facilement du monde, tu rapporterais le tout "à la préfecture", que t'avait dit la Dame de l'accueil de la Mairie.


Avant de partir pour rapporter ce fameux dossier, tu vérifies une dernière fois :

  • Ancienne carte et sa photocopie
  • Justificatif de domicile de moins de 3 mois et sa photocopie
  • Acte de naissance (puisque ton ancienne carte est périmée depuis plus de 2 ans)
  • Livret de famille
  • 2 photos d'identité, faites dans les critères ad-hoc
  • Le formulaire complété, daté et signé

C'est bon, tout y est. En route !

Jusque là, tout va bien...

Tu arrives donc dans les parages de la préfecture, et là, tu cherches... Tu tournes... Tu retournes... Pour simplement trouver une place pour te garer. Tu la vois au bout de 10 minutes de tours et détours : juste quasiment au pied du bâtiment. Voilà déjà une bonne chose de faite.

Tu prends ta pochette et tu te diriges vaillamment vers l'entrée. Après avoir cherché le chemin du bureau d'accueil (qui se trouve à plus du milieu du bâtiment... logique... pourquoi on le mettrait à l'entrée, hein ? Je te le demande un peu ???), tu demandes avec ton plus beau sourire (si, si, ça m'arrive !) à l'hôtesse où se situe le service des cartes d'identité, car tu souhaites déposer ton dossier. Patatra !!! Ladite hôtesse prend son air le plus mal aimable et te répond sèchement "ouuuuuuh, mais il faut vous rendre à la Mairie de votre domiciliation pour ça, Madame !" Bon, tu ne cherches même pas à lui dire que c'est justement la Mairie qui t'avait indiqué de venir à la Préfecture...

Ni une, ni deux, tu reprends ta voiture et tu files directement à la Mairie, qui n'est pas du tout dans le même coin ; c'eut été trop simple... Direction le centre-ville, alors. Et là, rebelote !

Tu tournes, tu vires, tu retournes... Bref, tu cherches une place où pouvoir te garer. Un premier tour t'indique que tu ne peux plus faire le tour de la place de la Mairie et donc utiliser les places de stationnement... Une second tour t'indique qu'il est utopique de penser te glisser sur un emplacement dans les rue avoisinantes... En désespoir de cause, tu descends au parking souterrain (où quelques places sont interdites d'accès pour cause de danger...) Enfin, tu trouves à te glisser au dernier sous-sol ! Yes !!!

Arrivée à l'accueil de la Mairie, tu expliques ton cas et on te donne un ticket pour faire la queue. Une toute petite sonnerie (merci, Madame la Maire, de bien vouloir penser aux malentendants qui peuvent avoir besoin de se rendre dans vos services administratifs et risquent de passer leur tour, tant la sonnerie est inaudible - quand il y a des enfants qui font le cirque, qui plus est) te demande de te rendre au guichet H.

Voilà que toute fière, tu présentes ton dossier à la charmante l'employée assez renfrognée, qui l'ouvre et te dit assez méchamment "Aaaaaaaaaaah mais déjà, les photos, elles sont pas bonnes et sont refusées ! Vous reviendrez quand vous aurez refait des photos aux normes !" Tu tentes timidement de lui expliquer que "c'est impossible, je les ai faites chez un photographe en lui précisant bien que c'est pour des papiers officiels"... Elle : "Aaaaah mais c'est pas parce qu'on va chez le photographe qu'on a des photos aux normes ! Allez chez un photographe et dites-lui que c'est pour une pièce d'identité ! (euh... c'est ce que je viens de t'expliquer !...) Ou bien allez dans un photomaton ! Au revoir, Madame."

Ok, soit, comme tu voudras, Mademoiselle l'employée de Mairie.

Récupération de voiture, paiement du parking, recherche d'un photomaton dans la ville (ben oui, tu ne vas pas retourner chez le photographe ; tu n'en as pas vraiment envie, puisque ses photos ne sont pas aux normes) Tu la trouves enfin, cette boîte à photos idéales, sur laquelle est inscrit en grand que les putains de normes sont respectées ici, tu fais tes photos - le progrès te permet de ne plus poireauter devant le réceptacle pendant 5 minutes à les voir sécher et se gondoler (non, pas de rire, non !...) au bruit du sèche-cheveux ou aspirateur qu'ils ont mis dans la boîte. Tu les récupères donc, tu reprends ta voiture direction... Je te le donne en mille ! Le centre-ville et la Mairie ! Et vu le côté par lequel tu es obligée d'arriver, tu refais un petit tour en guêtant sans trop y croire LA place pour te garer, on ne sait jamais. Ah mais oui, l'espoir fait vivre, M'sieurs-Dames !

Bien entendu, rien à l'horizon alors tu te repointes au souterrain, mais cette fois-ci, 2ème sous-sol. Waouh, trop de la chance ! Re-ticket à l'accueil de la Mairie, re-attente, re-sonnerie discrète, re-employée mais un peu plus souriante en voyant que c'est encore moi.

TOUT EST BON, DOSSIER ACCEPTE !!! *\o/*

Après acceptation des photos, on te dit que tu seras prévenue par sms d'ici 4 semaines, qu'il faut que tu conserves ton ancienne carte et que tu la rapportes lorsque tu viendras chercher la nouvelle, sous peine d'une amende de 25 €... Bien, tu vas donc te re-diriger tout droit vers la re-récupération de ta voiture, le re-paiement du parking, mais qu'importe, tout est bien qui finit bien, après ces petites péripéties assez rigolotes, au final.

Tu te diriges vers la sortie de la Mairie, tu passes le bureau d'accueil et il est là, sur la droite, dans le couloir, tu ne vois que lui : le photomaton !


Non, vraiment, il y a des jours comme ça...

Posté par Cath-M à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]